Partagez
Aller en bas
avatar
François
Admin
Messages : 191
Date d'inscription : 21/01/2018
Age : 30
Localisation : Lisle-sur-Tarn
http://aventuresjdr.forumactif.com

La rédemption de Tolgin #2 --- Récit de l'aventure 3/3

le Lun 29 Jan - 11:30
Dans tout Temple de Pharasma, en plus de diverses salles d’embaumements, il y avait toujours une grande chapelle pour une dernière veille au mort. Souvent de forme semi-circulaire, elle permettait à l’entourage du défunt de se recueillir. Etant sous terre, des piliers de pierre judicieusement installés retenaient la voute sculptée. De nombreux chandeliers donnaient une agréable lumière chaleureuse à cette pièce souterraine. C’était en tout cas ce que Tolgin connaissait. Non pas qu’il était un habitué des longues prières nocturnes devant une statue de marbre, non, car il était fossoyeur, son travail était en extérieur, mais il avait séjourné dans de nombreux temples à travers le Brévoy depuis sa prise d’habit. Et il n’y avait rien de recueilli dans cette scène qu’il venait de voir à travers le portail : un grand guerrier, mince et aux gestes amples, fessait claquer son fouet fantomatique à travers la salle au-dessus de la tête d’une douzaine de nain. Ces derniers, tous affublés des tenues des frères de Pharasma étaient poings et cou liés à de longues chaines qui avait comme extrémité opposée la main fermement tendu de leur geôlier. Le Gaehl était silencieux et avait l’air d’attendre quelque chose ou quelqu’un.
Erick n'avait jamais vu une scène pareille. Par l’interstice que laissaient les deux battants du vieux portail il avait une vision globale de la grande salle. Quatre piliers décrivaient un arc de cercle autour d'un autel. Sur celui-ci une grande statue représentant "la dame assise", Pharasma, qui dominait de sa prestance une assemblée de nains. Ces derniers portaient des chaines au cou et au poignet d'une lueur verte pâle. Elles gagnaient en intensité lorsque l'un d'eux se débattait. A l'opposé de ses chaines se trouvait debout, majestueux, le Gaehl. Il tirait sur les chaines pour calmer les ardeurs des nains les plus vigoureux et claquait l'air de son fouet au-dessus de leurs têtes. "C'est donc ça" souffla Tolgin. "Les Gaehls, les envoyés de Pharasma sont venus récupérer les âmes de mes frères et les rumeurs sur leur désobéissance à l'Ordre est avéré." Arya s'approcha à son tour et demanda, "Que pouvons-nous faire pour eux ? Ils ont l'air de souffrir !" et Toglin répondit "On peut les libérer si on maitrise les Gaehls rapidement ou les laisser Pharasma les juger mais il est clair l'on se mettra une divité à dos dans ce dernier cas." Erick toisa le nain d'un regard suscpect, "N'es-tu pas toi aussi un adepte de cette religion ?" Tolgin baissa la tête, honteux puis d'une voix lasse répondit, "Un simple renégat, rien de plus. Moi aussi j’attends mon jugement. Néanmoins le miens viendra des Hommes."

Erick frôla le nain et d’un air décidé entra discrètement dans la salle. Tolgin n’eut pas le temps d’émettre un signe de protestation que déjà Loup, suivant son maitre, disparaissait derrière la portail. « Savez-vous au moins qui est ce guerrier avant de foncer tête baissé ? » lança Tolgin aux aventuriers qui restaient. « C’est un des deux Gaehls, envoyé par Pharasma pour récupérer mes frères ! » « Tu as bien dis deux ? Alors où est l’autre ? » S’écria Arya. La réponse arriva aussitôt : un gémissement canin se fit entendre dans la salle.
Erick, se croyant caché de la scène par un énorme pilier, avait négligé ses arrières et c’est Loup qu’i l’avertir du danger : un second Gaehls était là face à lui. Armé d’un faux verte fantomatique, l’envoyé de la Déesse chargea sans un bruit le druide. C’est grâce à un effort surhumain autant du au reflexe gagner au cours de ses années dans la foret qu’à cause de la terrifiante apparition de la guerrière qu’Erick échappa à la lame de la faux magique. Dans sa course, elle traversa un chandelier qui disparut dans une lumière verte pâle à son contact. La Gaehls allait charger de nouveau en direction du druide lorsqu’elle fut stoppée net par deux flèches qui se plantèrent dans son riche pourpoint de cérémonie.

Arya, arc à la main, bandit une nouvelle fois son arc. Elle avait une allure terrifiante, sa tête ornée d’un casque en os de cerf. Le Ninja venait quant à lui de disparaitre laissant plusieurs de ses Ombres se mouvoir à l’insu des lueurs des bougies de la salle. Tous sauf Tolgin s’était résigné à combattre ses envoyé de Pharasma et de libérer les nains enchainés. Mais déjà deux d’entre eux, agonisants, avaient rendu l’âme et  leur corps, devenue vert pâle s’envolaient déjà en direction de la statue géante de la Déesse Assise. Seules les armes de ces guerriers devaient avoir se pouvoir de désincarner ce qu’elles traversent se dit Arya. Et elle chargea à son tour dans le dos de la Gaehls à al faux.
La Ninja baignait dans l’énergie vitale de son être. La puissance du Chi l’envahit et son corps tout entier disparu à la vue de tous. Sa technique préférée, qu’il avait mis des années à maitriser, allait de nouveau changer le cours de la bataille : silencieux, judicieusement placé derrière la Gaehls au fouet, il laissa son Chi s’évanouir. Même un envoyé divin peut avoir la peur inscrite sur son visage. Le Ninja eut un sourire malsain, sa lame traversa de part en part le guerrier au fouet. Une gerbe d’étincelles jaillit de la bouche de l’envoyé et il explosa dans un éclair de lumière verte.

Arya tenta de parer un coup droit de la guerrière à la faux. A son contact, sa lame disparue à sa vue. Loup intervint sautant sur l’envoyée afin de repousser la Gaehl et de la projeter contre le mur du fond. Le corps de la guerrière, bien que solide sous les pates de Loup, n’eut aucune difficulté à passer au travers de la pierre ce qui n’était malheureusement pas le cas du museau du compagnon d’Erick qui heurta le mur de plein fouet, le coupant dans son élan. « Baisses toi » cria Arya à Erick. Trois flèches vinrent se planter dans le corps de la Gaehls qui se trouvait juste derrière le druide. Traversant les parois solides, elle s’était retrouvée dans le dos d’Erick afin de le surprendre mais c’était sans compter sur la sorcière, aux capacités sensorielles décuplées par la casque magique du Seigneur Cerf. Des blessures de l’envoyée coulait un liquide aux milles couleurs qui scintillaient à la lueur des bougies de la salle. L’être plia le genou et s’effondra sur le sol.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum