Partagez
Aller en bas
avatar
François
Admin
Messages : 230
Date d'inscription : 21/01/2018
Age : 30
Localisation : Lisle-sur-Tarn
http://aventuresjdr.forumactif.com

L'académie de Cereditaur

le Mer 11 Juil - 10:27
L’homme masqué se leva de sa chaise, s’inclina dédaigneusement devant les treize personnalités des Royaumes Fluviaux encore assises autour de la table ronde, puis sortie sans un mot de la grande salle. La lourde porte aux doubles battants se referma derrière lui. Il marqua une pause, peut-être afin d’entendre un commentaire des personnes restées à l’intérieur suite à son long discours précédemment déclamé dans cette grande salle de réception. Mais pas un son ne parvint à ses oreilles. Un simple sort lui aurait permis de connaitre les pensées des personnes qu’il venait de quitter mais c’était trop facile. Même si il manquait de temps il avait parfaitement bien préparé son coup et ce discours devant les treize plus hauts-dignitaires des Royaumes Fluviaux était la première étape de son plan. Alors sans attendre plus longtemps, l’homme masqué sortie de Fort-Dague, se laissa flotter au-dessus des marches qui descendaient vers la puissante cité du même nom. Une fois son corps arrivé en bas, il disparut.

Razmir respirait mal derrière son masque d’Ivoire. Maintenir son sort d’illusion était tout de même difficile à cette distance. Assis sur un parterre de draps et de coussins, il se releva, traversa la petite pièce et se dirigea vers un long miroir accroché au mur de marbre. Scrutant les rides de son visage, il essaya de trouver quelques traces de son jeune âge mais c‘était vain. Le temps faisait son office et malgré la croyance populaire qu’il avait lui-même insufflée il n’était pas l’immortel dieu-vivant qu’il prétendait être. Il n’en était pas moi puissant pour autant.



D’une pensé, la pièce dans laquelle il était disparue et il se retrouva au pied d’un arbre dans une clairière. Son masque d’Ivoire de nouveau sur son visage il scuta l’étang qui reflétait la lumière du soleil irrégulièrement selon les ondes provoquées par les brasses d’une nymphe nageant à la surface de l’eau. Cette dernière se détendait dans les eaux encore fraiches de l’étang en ce début de journée. Arrivée à hauteur de Razmir, ces gestes s’arrêtèrent net. Elle disparue rapidement sous le niveau de l’eau. L’homme masqué qui ne l’avait pas quitté des yeux prononça un mot et son corps s’évapora.



-« Que me veux-tu, Ô Grand Dieu Vivant ? » siffla la nymphe avec une pointe de sarcasme dans la voix.

Elle avait fait quelques pas sur le sol fait de feuille de nénuphars. La pièce était ronde, entièrement faite d’algues marines. Quelques interstices permettaient de voir au travers de ces murs végétales : l’on y voyait le fond de l’étang, quelques-un de ses habitants, poissons, crustacés d’eaux douces et autres planctons. Si l’on pouvait respirer dans cette pièce complétement submergée c’était uniquement grâce à un enchantement qui permettait de créer de l’oxygène dans une bulle au fond de l’eau.
Le corps de Razmir se reforma quelques mètres derrière la nymphe. Elle finit par s’assoir sur un trône fait d’entrelacement de plantes bleutées et orangées. Sans être impressionné par la beauté du décor, l’homme au masque d’Ivoire répondit sur le même ton :

-« Je t’avais confié un territoire ainsi que de quoi le défendre, Nyrissa. Je te demande aujourd’hui des comptes. »

Le visage de la nymphe se crispa. Elle savait que la venue du Dieu-Vivant dans sa demeure n’était en rien une visite de courtoisie. Elle savait aussi qu’il était inutile de lui mentir.

-« J’ai échoué. » répondit-elle simplement.

-« Je sais. Que comptes-tu faire ? » La voix de l’homme masqué n’était pas menaçante mais empreint d’autorité.

-« Laisses moi un peu de temps et j’éradiquerai ces parasites. »

A peine Nyrissa termina sa phrase que sa respiration s’accéléra. Elle ne sentait plus son corps. Tout autour d’elle disparaissait en même temps que la panique montait en elle. Rapidement il ne restait à sa vision que le masque blanc de Razmir. Une voix chaleureuse, pleine de douceur fit écho dans sa tête :

-« Ton Hargulka est mort et ma déception est grande. Je t’avais tout offert pour que ta victoire soit complète. Dernière chance. Voici  huit pierres. Déchaine leurs puissances.  Ils ont récemment créé une académie dans leur cité naissante. Corromps-la avec le pouvoir de ces pierres mais ne tues pas leurs dirigeants, ils m’intéressent. Enfin juste leurs esprits, je n’ai pas besoin de leurs corps. »

Nyrissa rouvrit les yeux pour se retrouver seul dans sa bulle d’air. Devant elle les huit pierres de Razmir. D’un simple touché de sa part, huit éclairs bleues jaillies et, traversant le plafond de plantes, déchirèrent la pièce d’air puis fusèrent dans les cieux sifflant en direction de leur cible, l’Académie de Céreditaur.

-« Maudit faux dieu. Après Cereditaur je m’occuperai de toi. »
avatar
François
Admin
Messages : 230
Date d'inscription : 21/01/2018
Age : 30
Localisation : Lisle-sur-Tarn
http://aventuresjdr.forumactif.com

Re: L'académie de Cereditaur

le Jeu 12 Juil - 10:36
Les différents éléments s'emboitaient parfaitement. Le socle était posé, les rouages huilés, le mécanisme général avait l'air bien agencé. Non, pas juste "l'air bien agencé" mais "est bien agencé" se gratifia l'halfelin. S'essuyant ses gants huileux sur son tablier de cuir, Grimboldin contempla son œuvre en reculant de quelques pas. Dans l'unique pièce de l'Académie aucun ornement n’était visible, aucune fenêtre, juste une grosse porte menant à la rue. Au centre de cette pièce, sur un socle, une sorte d'horloge divisée en huit quartiers, son œuvre. Un manivelle manuelle permet de faire pivoter l’extrémité afin de choisir l'un des huit symboles. Ces derniers, une fois l'extrémité de la manivelle dessus, doit permettre l'ouverture d'un portail dimensionnel parallèle au plan matériel. Et c'est là que l'expertise de Grim s'arrête. Le côté magie, il laisse au vieux professeur Ilsoari Gandhétus le soin de poser son enchantement. Prenant ses outils, il sortie.

Le vieille homme attendait patiemment que l'ingénieur halfelin termine l'huilage des mécanismes permettant la sélection des portails. Une fois le maitre Ingénieur partie il déroula un parchemin de sa confection intitulé 'portail dimensionnel intérieur'. En effet, Ilsoari avait inventé un concept de multi-portails dimensionnel tous ancré au même endroit permettant à une simple salle d'être multiplier en plusieurs fois. La pièce dans laquelle il se trouvait, d'environ 80m², serait donc copiée huit fois pour remplir huit fonctions différentes. Il y avait pour cette Académie, une bibliothèque, un dortoir, une cuisine, une salle de bains, une terrasse astrale, un hall d'entrée, une salle d'entrainement et un jardin. Toutes ces pièces seront accessibles via une sorte d'horloge à huit quartier correspondant aux huit pièces situé au centre. L'ingénieur avait finit. A lui maintenant de poser son enchantement sur le mécanisme.


Maitre Ilsoari Gandhétus

De très nombreuses heures s'étaient écoulées depuis que son maitre était entrée en transe, concentration ultime dans laquelle le vieille homme devait être pour poser sur les rouages du mécanisme de l'ingénieur son enchantement de multi-portail. Salicius s'ennuyait ferme. Même si voir son mentor incanter ce sortilège était toujours un spectacle hallucinant, tant il y a avait de puissance accumulée en un point, la monotonie des murmures répétitifs du vieille homme lui donnait la migraine. Il ne s'épuisait plus à tenter de comprendre ce sort inventer par Ilsoari. Ce n'était pas de son niveau et il l'avait vite compris. Son imagination s'envola en direction de ses dernières années d'aventures qu'il avait vécu avec le vieille homme. Ils avaient tout deux voyagé à travers tout le Brévoy, vendant leurs prestations magiques à ceux qui pouvaient payer. Puis il y a eu cette annonce de construction d'académie et ils se sont mis au travail afin d'offrir à Cereditaur, ville naissante mais très intéressante, un temple du Savoir Magique digne de ce nom.
Un sifflement aigu le ramena malgré lui à la réalité. Son maitre était toujours très concentré, le rituel touchant à sa fin, lorsque le son étrange qu'il avait entendu précédemment se fit plus présent. Venant du plafond de la salle, huit torche de feu bleutés traversèrent la pièce dans un grand crépitement assourdissant. Huit énorme pierres tournoyèrent dans la pièce, sortant Ilsoari de sa concentration. Puis, se rejoignant au centre de la salle, juste au dessus du mécanisme, les pierres éclatèrent en une terrible explosion.
Aveuglé, complétement sonné, Salicius tenta malgré la douleur de se relever. Quand sa vue se rétablie, il vit devant ses pieds une forme noirâtre semi humaine entièrement calcinée. Horreur, son maitre gisait tel un pain trop cuit. Il était mort !
Le son d'un léger crépitement lui fit lever le regard. Au dessus du mécanisme d'ouverture de portail, une pierre bleutée flottait à quelques mètres du sol. Une cloche d'éclairs blancs formait une protection tel un bouclier protégeant l'accès au mécanisme. son pou s’accéléra. De part et d'autre de la pièce, quatre formes humanoïdes apparurent. Elles s’approchaient de l'apprenti lentement. Lorsque les quatre hommes furent assez près de Salicius, ce dernier eu un nouveau soulèvement dans sa poitrine, la peur ne fessait plus qu'un avec ses sens : les quatre hommes avaient son visage, ses traits, ses mimiques, sa gestuel !
La panique pris le dessus et une once de courage lui permis de repousser les battants de la grosse porte et de prendre ses jambes à son coup...


Salicius, apprentie de Maitre Ilsoari Gandhétus
avatar
François
Admin
Messages : 230
Date d'inscription : 21/01/2018
Age : 30
Localisation : Lisle-sur-Tarn
http://aventuresjdr.forumactif.com

Re: L'académie de Cereditaur

le Ven 13 Juil - 9:46
La salle du conseil, siège vacant du prévôt de Cereditaur, est en proie à une forte agitation en ce début de matinée. La chaleur y est déjà étouffante tant le monde qui s’y agglutine dans cette pièce s’agite. Il n’y a pas à douter du motif de la présence de tous ces céreditauriens dans cette salle d’audience : ils sont venus voir les dirigeants pour les alerter d’un problème de taille, l’Académie est sur le point d’imploser !

- « Il n’est pas question que nous laissions une telle menace au cœur de note ville. Pensez-à nos enfants ! » hurle un grand bucheron.
- « Cela fait déjà deux jours que cela dure, des éclairs bleus jaillissent de toute part ! » s’exclame une jeune femme.
- « Il faut que quelqu’un stabilise toute cette magie ! » renchérie un vieil homme.
- « Moi je quitte cette ville, je ne suis pas venu pour tout perdre de nouveau. » Le dernier homme à avoir parlé était un marchand de passage.

La plupart était d’accord pour rester et faire quelque chose mais personne ne savait quoi. Il avait été décidé à l’unanimité qu’une Académie de Magie devait être construite dans la cité afin attirer de riches familles et des personnalités importantes qui feraient profiter de leurs notoriétés à la ville mais les habitants ne voyaient pas le danger que pouvait représenter l’exercice des pratiques magiques. Trop peu de Céreditauriens possédaient de compétences et de connaissance en ce domaine pour en avoir une réelle peur. C’est donc tout naturellement la cupidité qui avait pris le dessus lorsque les dirigeants décidèrent de construire une école de magie et que les habitants en acceptèrent le choix.

Un grand bruit venu du fond interrompit les débats : la grande porte du château s’ouvrit avec force et fracas. Dans l’ouverture apparut la silhouette d’un jeune homme, haletant, dégoulinant de sueur et à bout de souffle. Salicius bouscula les personnes se trouvant entre lui et le siège du prévôt encore vide et chercha du regard l’un des dirigeants de la ville lorsque ces derniers apparurent.

-« Je demande audience urgemment messeigneurs ! » fit d’une voix étranglé Salicius.
Contenu sponsorisé

Re: L'académie de Cereditaur

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum